jeudi 14 décembre 2017

Saucisses enrobées de pretzel au parmesan

J'avais déjà tenté ce genre de recettes avec celle de Lili, mais ici, la pâte est aromatisée au parmesan et goûte bon les épices italiennes. Parce qu'il y a toujours des gens qui mangent de la viande dans ma maison, on a été se procurer nos saucisses chez le fromager de mon amoureux. Des saucisses aux épices à steak et au miel et à l'ail pour mon chum et sa soeur, puis j'ai pris les saucisses végés aux champignons parce qu'elles sont pas mal bonnes!

Comparé à la dernière fois, j'ai omis de cuire les saucisses à l'avance parce que le tout allait passer une quinzaine de minutes au four et c'était amplement pour que les saucisses soient bien cuites. Je dois dire que ce fût bien bon et que ce fût notre junk food de la semaine. Non mais tout de même hihi :)

J'ai servi le tout avec une petite salade vide-frigo, laitue, épinards, tomates, carottes et avocats avec un fond de vinaigrette qui traînait. Ça a bien rempli nos bedons et la pâte était vraiment bonne. Je la verrai comme dinner rolls durant les fêtes ou pour envelopper pas mal n'importe quoi :)


Saucisses enrobées de pretzel au parmesan

Ingrédients
  • 1 1/2 tasses d'eau tiède
  • 1 c. à table de sucre
  • 2 c. à thé de sel
  • 10g de levure fraîche ou 2 1/4 c. à thé de levure sèche active
  • 4 1/2 de tasses de farine non blanchie
  • Deux onces de beurre, fondu
  • 2 c. à table d'assaisonnement italien (basilic, oregano, thym, romarin, chili en flocons)
  • 1/2 tasse de parmesan, râpé
  • Huile d'olive
  • Eau
  • Bicarbonate de soude
  • Un oeuf, battu
  • Gros sel
  • Huit saucisses, cuites
Préparation
  • Mélanger l'eau, le sucre et le sel dans le bol du batteur sur socle.
  • Y émietter la levure et laisser reposer 5 minutes.
  • Ajouter la farine, le beurre, l'assaisonnement et le parmesan.
  • Avec le crochet, mélanger afin d'amalgamer le tout et augmenter la vitesse puis pétrir 5 minutes.
  • Déposer dans un bol huilé, couvrir et laisser lever 50 minutes.
  • Préchauffer le four à 450F.
  • Préparer deux plaques à pâtisserie de Silpat ou papier parchemin et badigeonner d'huile.
  • Amener une grande casserole d'eau à ébullition avec un peu de bicarbonate de soude.
  • Diviser la pâte en 8 parties égales.
  • Les rouler en corde autour de chaque saucisse et bien sécuriser les bouts.
  • Déposer un pretzel à la fois dans l'eau, à raison de 30 secondes chacun.
  • Déposer sur une grande assiette et laisser reposer pendant la cuisson de toutes les saucisses.
Saucisses végés aux champignons :)
Saucisses miel et ail ainsi qu'aux épices à steak pour les autres là là :P
  • Déposer sur les plaques préparées, badigeonner d'oeuf et saupoudrer de gros sel.
  • Cuire au four entre 12 et 14 minutes, le temps que les pretzels deviennent dorés.
  • Sortir du four, laisser reposer 5 minutes et servir.

lundi 11 décembre 2017

Coquilles au fromage et à la citrouille

Avec la neige qui est enfffiiiiinnnn arrivée, les plats réconfortants et fumants de saveurs sont plus que les bienvenus par chez moi. L'élaboration des menus se modifie tranquillement pour ajouter soupes, potages et compagnie, plats à la mijoteuse et recettes de pâtes en sauce qui amènent du réconfort en fin de journée.

Cette recette de Cuisine futée a été un franc succès dans ma cuisine. J'ai râpé pour la première fois de ma vie de la citrouille et oufff...c'était quand même pas facile haha! Mon amoureux a du terminer le restant de la citrouille parce que j'ai râpé finement tel qu'indiqué dans la recette et baaahhh, mes bras m'ont laissé tomber! Mais bon, au moins, j'ai un petit sac de citrouille râpée congelée pour refaire cette recette alors merci moitié italienne :)

Puis tant qu'à faire une chouette sauce avec de la citrouille bio, pourquoi ne pas la cuisiner avec les fameuses coquilles aux trois légumes de la marque québécoise Alegria que je voulais essayer depuis des siècles. Je suis bien contente d'avoir enfin accès à ces pâtes en vrac pour les essayer une à la suite des autres. 

Ça met un peu de couleur au travers de la sauce et des saveurs de plus. En gros, plat de pâtes très chouette qui a des allures de mac and cheese et qui réchauffe parfaitement après une journée dehors. On aime :) 

Bonne saison hivernale les amis! :D


Coquilles au fromage et à la citrouille

Ingrédients
  • Deux tasses de chair à citrouille râpée finement
  • Quatre tasses de lait
  • 1/4 de tasse de farine non blanchie
  • 1 c. à thé de moutarde en poudre (mis Dijon)
  • 1 c. à thé de poudre d'oignon
  • 1 c. à thé de poudre d'ail
  • 1/4 c. à thé de sel
  • Poivre
  • Une livre de coquilles
  • Trois tasses de cheddar, râpé
  • 1/4 de tasse de sauce à pizza (mis un restant de sauce faite avec les restants de tomates de cet été :)

Préparation
  • Dans une grande casserole, déposer la citrouille, le lait, la farine, les épices et le sel.
  • Poivrer généreusement.
  • Fouetter pour bien incorporer la farine.
  • Porter à ébullition et aux premiers bouillons, réduire le feu et laisser mijoter 10 à 15 minutes.
  • Pendant la cuisson de la sauce, cuire les pâtes dans une grande casserole.
  • Égoutter et réserver.
  • À l'aide d'un pied mélangeur, réduire la sauce en purée et ajouter le fromage à la sauce.
  • Ajouter les pâtes et servir.

Source : Cuisine futée

jeudi 7 décembre 2017

Casserole de courge spaghetti façon burgers

La courge spaghetti qui rencontre le pâté chinois qui rencontre la sauce à spaghetti, ça se peut? OH OUI! Ici est la preuve même :) Une casserole étagée qui est composée d'une base de sans viande doré dans le poêlon avec de l'oignon et des épices, de la courge spaghetti qui est quant à elle mélangée à de la sauce tomate pour finir avec du fromage gratiné.

Pas que c'est un peu le paradis mais c'est pas mal ça. La casserole s'est toute mangée en un seul soir tellement que c'était bon et que ça nous faisait encore plus aimer la courge spaghetti. Maudit qu'on aime les temps froids pour s'en procurer localement :)


Casserole de courge spaghetti façon burgers

Ingrédients
  • Une courge spaghetti d'environ 2.5-3 livres, donnant 5 tasses de spaghettis une fois cuite
  • 2 c. à thé d'huile d'olive
  • 1 c. à thé de sel
  • Poivre moulu
  • Un paquet de sans-viande
  • 2 c. à table de sauce Worcestershire (mon ajout)
  • 1 c. à table d'épices à steak (mon ajout)
  • Un oignon, haché (mis un oignon rouge)
  • Deux gousses d'ail, hachées (mon ajout)
  • Une tasse de sauce tomate (mis maison des cannages de cet été)
  • 1/2 c. à thé de poudre d'oignon
  • 1/2 c. à thé de poudre d'ail
  • 2 c. à table de moutarde jaune
  • 1 1/3 de tasse de cheddar, divisés
  • Oignons verts, en rondelles
Préparation
  • Préchauffer le four à 400F.
  • Couper la courge en deux et évider.
  • Badigeonner l'intérieur d'huile d'olive et saler et poivrer.
  • Déposer la courge, face sur une plaque, et cuire entre 45 et 50 minutes.
  • Pendant que la courge cuit, chauffer un poêlon sur feu moyen.
  • Y cuire le sans-viande avec la sauce et les épices puis déposer dans un plat à cuisson.
  • Vider ensuite la courge et mélanger aux oignons.
  • Dans un bol, mélanger le reste des ingrédients sauf le fromage.
  • Mélanger la courge au mélange de tomates.
  • Déposer ce mélange sur le sans-viande et saupoudrer du restant de fromage.
  • Cuire au four entre 30-40 minutes, le temps que le fromage soit gratiné.
  • Saupoudrer les oignons verts et servir.

samedi 2 décembre 2017

Comment j'ai changé notre alimentation depuis presque quatre ans! :) / Rétrospective culinaire

Bon, mon titre fait vraiment éditorial d'un magazine à potins québécois, haha! :), mais je ne savais que mettre d'autre pour résumer ce loooonnngggg article qui est un grand résumé du travail qui s'est déroulé dans notre cuisine depuis près de quatre ans, article que je prépare depuis plus d'un an. Je parle au ''nous'' et au ''notre'' parce que même si je prépare les menus, cuisine les repas, gère l'épicerie et remplis notre panier Lufa, mon copain a parti le bal et a beaucoup contribué aux changements des dernières années.

Ça a commencé lorsqu'en janvier 2014 (voir le loooonnngg l'article haha :), dans lequel j'exprimais le fait que l'on voulait changer notre alimentation et ce, par le souhait de ma moitié. Il aime bien la viande mais avec tout ce dont nous lisions et ce qui sortait sur les internets, les journaux, bref, dans les médias, on prenait conscience de bien des trucs. C'est donc à ce moment que ma cuisine a doucement commencé à changer. Le fait est aussi que j'ai déménagé de cuisine, laissant ma famille à elle-même (haha mais non, ils étaient tellement contents de reprendre le contrôle!!) et prenant place dans la cuisine de ma moitié qui est devenue la mienne au fil du temps. Quand j'ai commencé à cuisiner, je basais toujours les repas selon une viande. Poitrines de poulet, filets de porc, viande hachée, côtelettes de porc, etc. C'était le point central dont je partais pour trouver des recettes et planifier les repas. En changeant de cuisine et de mentalité, tout a été à refaire dans un sens.

De changer ma base de repas pour des viandes à toute la panoplie de trucs végés à cuisiner, ça aura été une adaptation. Au début, on vogue au travers d'un monde pas mal inconnu mais rapidement, on essaie de nouvelles choses, on découvre de nouvelles saveurs et surtout, de nouvelles façons de cuisiner. Un pâté chinois? On prend des lentilles ou du tofu émietté au lieu de la viande. De la pizza? On la remplit de légumes qui traîne au frigo et on fait du pepperoni vegan. Mon mélange favori? Oignons, tomates, épinards et champignons. Une envie de poulet général tao? On utilise du tofu ou encore du tofu, du chou-fleur ou des pois chiches. Je pourrai continuer ainsi longtemps mais vous voyez le portrait. Des recettes que l'on cuisine depuis longtemps peuvent facilement être modifiées pour les rendre végétariennes ou végétaliennes. Je dirai même que ça rend le tout meilleur car ça apporte de nouvelles saveurs, de nouvelles textures et c'est plus facile à cuisiner.

Il y a donc plusieurs volets que j'aimerai aborder ici qui vont faire le tour des changements apportés dans notre cuisine. Le végétarisme & le végétalisme, manger localement et manger biologique. Ce sont quatre gros sujets dont on pourrait discuter pendant des jours et des jours mais ce sont aussi quatre valeurs qui ont tranquillement fleuri en moi et qui sont très importantes. Dans plusieurs sphères de la vie, je suis confrontée à expliquer ma vision des choses et cela ne passe pas toujours pour tous. C'est totalement correct, chacun a droit à son opinion, mais je me rends compte que cela ne fait l'unanimité.

Le fait est aussi que comme beaucoup de gens, je fais attention à mon argent et je me fais un budget dans ma tête, rien de bien sérieux mais auquel je me tiens tout de même. Mes habitudes de cuisine ont changé et avec cela, mes habitudes d'achats aussi mais ça, j'y reviendrai dans un autre article prochainement :)

Il est rare que l'on fasse les courses plus d'une fois par semaine car je fais mon menu, j'achète des bases pour des repas que je peux changer au gré des envies et je fais super attention au gaspillage. Je vérifie souvent le contenu de mon frigo et une fois au deux-trois mois, je fais l'inventaire de mes congélateurs (celui du frigo et notre petit congélateur qui nous sauve la vie sinon je ne sais pas à quel endroit je mettrai mes fruits et légumes congelés haha!) pour ne rien oublier et cuisiner avec ce que j'ai déjà!


Je fais aussi souvent le tour de mes armoires pour voir quel aliment je n'ai pas utilisé depuis longtemps ou pour voir ce qui devrait clairement être vite utilisé. J'ai donc toujours en tête les aliments qui composent ma cuisine et ça me donne une large variété de trucs pour cuisiner.


Le végétarisme et le végétalisme

Lorsque l'on a décidé de manger moins de viande, je pensais que ce serait difficile. Je n'étais pas très familière avec les légumineuses, voir que je n'aimais pas trop cela, ma moitié ne trippait pas tant sur le tofu et les légumes, ces derniers étant ma bête noire lorsque j'étais petite. J'étais difficile et je tassais toujours les légumes dans mon assiette comme un gros bébé. Ce temps est loin derrière nous car maintenant, je ne pourrai pas vivre sans eux! J'ai l'impression que le fait de cuisiner moi-même nos repas et de découvrir de nouveaux trucs ont clairement aidé à m'ouvrir sur le merveilleux monde des légumes et ils sont maintenant ma base d'aliments au lieu de la viande. Mais quel avancement haha :P J'ai aussi toujours du tofu dans le frigo, que ce soit du ferme ou du soyeux, toujours quelques paquets de tempeh de Noble Bean au congélo pour des sandwichs de dernière minute par exemple et j'ai une multitude de légumineuses dans mes armoires. Alors voici des trucs, des astuces et des idées pour arriver à de petits changements qui deviennent gros au final :

  • J'ai arrêté de baser mes menus sur la viande qui était en spécial. On entend tellement de trucs sur la viande qui est vendue en épicerie, comme quoi qu'il change les dates d'expiration, que la propreté et la salubrité sont douteuses la plupart du temps, que les viandes passées date sont ensuite marinées pour que cela ne soit pas gaspillé, bref, c'est horrible. Je ne commencerai pas à parler des conditions dans les élevages prévus à finir leur vie en épicerie parce que c'est assez catastrophique merci et ce n'est pas le point de cet article. Donc en souhaitant manger moins de viande, on a complètement arrêté d'en acheter à l'épicerie. Je ne me rappelle même pas la dernière fois que j'en ai acheté à l'épicerie, c'est tout dire.
  • Si j'ai à acheter de la viande, ce qui est excessivement rare et c'est général du boeuf haché pour des tacos ou des burgers pour ma moitié, je m'assure que cela provient de un du Québec, de deux d'une ferme respectable, de trois le plus possible qui fait de l'élevage biologique sans antibiotiques, sans hormones de croissance, sans nourriture contenant des pesticides et toute sa gang, etc, puis de quatre qui est respectueuse envers les animaux. Oui cela me coûte plus cher mais au final, on s'assure que tout a été fait correctement. Puis pour le peu de fois que j'en achète, ça ne change pas grand chose à mon budget. J'achète donc des Fermes Valens.
  • J'ai commencé par acheter des conserves de légumineuses lorsqu'elles étaient en spécial et j'en achetais beaucoup d'un coup pour être certaine de ne pas en manquer le moment venu. Avec le temps, j'ai pris la décision d'acheter des légumineuses secs et de les hydrater moi-même. (Voir cet article que Lili a mis sur Facebook, c'est carrément révoltant!) Ainsi, je sais dans quel eau cela a été fait, dans quel environnement et que rien n'est ajouté. Par contre, je dois donc planifier à l'avance mon hydratation et je n'ai plus la marge de manœuvre de dernière minute. C'est une habitude à prendre et maintenant, j'ai mes petits pots remplis de légumineuses dans mon garde-manger et c'est pas mal joli en plus :) Puis il faut dire que niveau monétaire, même si j'achète des légumineuses sèches bios, ça revient à un meilleur prix pour la quantité que ça me donne une fois cuites. De plus, j'ai imprimé un guide de cuisson pour les légumineuses alors je sais quelle quantité d'eau utilisée, la quantité de légumineuses, le temps de cuisson, etc
Les légumineuses!
Les grains!
Les beaux petits pots! Mélange de récupération de pots et de pots en verre recyclés d'Ikea :)
  • Comme remplacement de la viande, je mise beaucoup sur le tofu et le tempeh. Je me procure du tofu ferme ou soyeux bio de la marque Horium et du tempeh de la compagnie Noble Bean. Ces deux compagnies sont d'ici et font d'excellents produits. Ma moitié n'était pas certain d'aimer le tofu et en faisant preuve de persistance, je commence à l'avoir à l'usure haha :) Ma famille se fout souvent de ma gueule avec le tofu mais moi j'aime ça bon. Il y a des milliards de possibilités de recettes avec le tofu et je m'amuse vraiment à l'utiliser de plein de façons. J'ai toujours un bloc au frigo alors je peux l'utiliser pour une recette dernière minute n'importe quand. On peut le mariner, le faire griller, le manger en sandwich, en tacos, en dessert, en sauté, en pad thai, bref, les possibilités n'arrêtent juste jamais! Puis le tempeh c'est la même chose. On le mange surtout en sandwich mais dernièrement, je l'ai essayé en chili, en enchiladas, en gyros, en sauce à spag, en boulettes, en tacos et les possibilités sont tout aussi grandes qu'avec le tofu! J'ai toujours du tempeh au congélo alors tout comme le tofu, j'en ai sous la main pour une recette dernière minute sans problème. Ce sont des produits que j'aime beaucoup et que j'ai bien hâte de continuer d'essayer des recettes avec ceux-ci!
  • Même si je n'ai pas l'intention (encore?) de devenir végétalienne, j'aime beaucoup jouer avec cette cuisine. Je découvre de plus en plus la versatilité du tofu soyeux que ce soit dans les desserts, les ''sauces'' comme la mayonnaise et la crème sure, en remplacement d'ingrédients crémeux, etc. J'essaie aussi de varier les substitutions d'oeufs parce qu'ils ne sont pas tant utiles que ça dans toutes les recettes et que je m'en procure des bios donc ça coûte plus cher! Je les utilise alors à bon escient et je m'amuse avec les graines de chia, les graines de lin, la compote de pommes, les bananes, etc.
Ben oui, un aide-mémoire avec les autres :)


Manger localement

J'ai pris la décision à un certain point de prioriser par-dessus tout, j'ai nommé les aliments du Québec et du Canada. Pourquoi? Pas que les aliments qui viennent d'ailleurs sont moins bons mais c'est simplement le transport des aliments et du fait que l'on sache que ça vient de loin n'est pas très chouette. Aussi, je suis fière qu'au Québec on produise de supers produits et je souhaite encourager nos agriculteurs et artisans de la bouffe! On produit des merveilles ici alors j'ai voulu prioriser le plus possible les produits d'ici :
  • Y aller doucement. - Ce n'est pas du jour au lendemain que ma cuisine a subi une transformation locale hun! Ça a été un long processus et c'est toujours en cours. Parce qu'il y a continuellement la pensée de ne pas gaspiller et d'utiliser/ré-utiliser les produits alors je n'ai pas jeté les produits non-locaux à la poubelle pour les remplacer par ceux d'ici. Mais non! Par exemple, j'ai terminé la moutarde de Dijon que j'avais au frigo et ensuite, je me suis procurée celle de la Maison Orphée. Ainsi, je n'ai pas jeté mon argent par les fenêtres, j'ai utilisé ce que j'avais et maintenant, j'ai de la moutarde de Dijon d'ici au frigo! Je fais ainsi pour la plupart des produits dans ma cuisine. Voici donc un petit échantillon du Québec dans ma cuisine : les farines de la Meunerie La Milanaise, les huiles, vinaigres et moutardes de la Maison d'Orphée qui sont probablement mes coups de coeur à vie car juste de voir leurs produits fait palpiter mon coeur! Juste pour dire, leur moutarde jaune au curcuma, j'en mange à la cuillère :) et les miels d'Anicet, je capote sur ceux-ci!! Ce n'est qu'un échantillon parmi tous les produits que je me procure mais vous comprenez le principe que je cherche à trouver du local avant de me rabattre sur les produits d'ailleurs.
  • Prendre le temps de regarder la provenance des aliments à l'épicerie, au marché, etc. C'est de plus en plus facile de savoir d'où proviennent les aliments car le pays est indiqué sur les étiquettes, les boîtes, etc, il y a toujours une façon de voir d'où ça vient. Il faut faire attention car des fois une pancarte du magasin indique que les courgettes devant nous proviennent du Québec mais sur la petite étiquette sur chacune d'elles, c'est inscrit qu'elles viennent du Mexique. Aussi, des fois, il y a, par exemple, plusieurs laitues iceberg dans un étalage mais quelques-unes viennent des États-Unis, du Québec et du Mexique. Il y a aussi les différences entre la provenance d'ici et la préparation d'ici, etc. Prendre une seconde pour trouver la provenance, ce n'est pas très long :)
  • Un autre article viendra bientôt sur mes coups de coeur récents au niveau de faire mes courses localement mais il reste que vous le savez déjà, j'ai la chance d'avoir accès au Marché Lufa auquel je suis fièrement inscrite depuis le mois de mai 2014. Chaque semaine, j'y fais une partie de mon marché et j'adore encore et toujours. Pour le moment, je me procure principalement des fruits et légumes bios locaux ou d'ailleurs. Une belle façon d'encourager nos agriculteurs et de bien manger à l'année!

Manger biologique

Lorsque je dis manger biologique, je parle aussi d'aliments sans pesticides, fongicides, herbicides, etc. Cela coûte cher d'obtenir une certification biologique pour les producteurs et cultivateurs alors en autant que les aliments soient cultivés et préparés sans produits chimiques, j'accepte! :) Non seulement l'agriculture non biologique est mauvaise pour l'environnement, pollue les eaux, les terres et l'air, est mauvaise pour les animaux car ils sont boostés à je ne sais trop quel produit chimique qui leur cause de nombreux désagréments voir même la peine ultime puis est clairement la cause de plusieurs maladies. Bon, je ne veux pas que l'on vire tous paranoïaques mais c'est cela pareil. Quand j'essaie d'expliquer aux gens pourquoi je ne mange pas tel ou tel truc ou que je ne veux pas qu'ils soient offensés que je ne mange pas tel truc qu'ils ont préparé, j'y vais ainsi. 

Plusieurs maladies sont apparues très récemment, il y a moins de 100 ans, et c'est clairement causé par l'industrialisation, le volonté de produire sans cesse, d'avoir les plus beaux produits sur les étalages, qu'ils soient brillants, parfaits, sans éraflure, sans poque et qu'ils aient une forme régulière et habituelle. Mais la vie n'est pas faite ainsi alors on a, surtout au Québec, des intempéries, un changement de saison, trop de soleil un jour, trop de pluie l'autre jour, des petits animaux qui viennent foutre le bordel dans les champs, etc. Alors il est tout à fait normal que les fruits et légumes n'aient pas cette forme parfaite. Puis on s'entend, une carotte bien droite versus une carotte un peu courbée qui part en deux carottes au bout, coupée en dés pour aller dans un risotto, on s'en sacre tu rien qu'un peu!!! Bon, je ne partirai pas là-dessus trop longtemps mais c'est le constat tout de même. Je m'en fous que ma pomme soit poquée, est-elle bonne? Oui. Ben c'est ça.

Donc voilà, pour arriver au ''produit parfait'', mais bien loin de l'être, apparition de merveilleux procédés chimiques sont arrivés sur le marché. Que ce soit des produits liquides à en faire l'épandage, tsé là les avions ou bolides des airs qui passent au dessus des champs et qui aspergent ces derniers de produits chimiques, qui se ramassent à polluer non seulement les sols mais aussi l'air et l'eau, ou que ce soit ces merveilleuses semences que l'on appelle ''round-up'' seed? Je ne mettrai pas le lien du site internet parce que littéralement, quand j'y pense, je deviens agressive et vraiment mauvaise. Alors je ne dirai pas le nom de l'entreprise non plus mais il y a cette saleté d'entreprise qui produit des semences qui sont enrobées et boostées de produits chimiques alors quand elles sont mises au sol, ''elles sont prêtes à contrer toutes éventualités et le produit final sera le plus beau''. Bon. La semence est déjà shootée à je sais pas quoi. Imaginez-vous le produit à la fin de tout cela?? Rempli de je sais pas quoi super nocif pour la santé et aww...Puis en plus, cette compagnie vient d'acheter une grosse compagnie de médicaments. Ce sujet sera peut-être pour une autre montée de lait mais allô, faites-vous les liens? Une compagnie de pesticides qui achète une compagnie de médicaments et qui va continuer à la faire rouler....C'est comme une blague mais cela n'en est malheureusement pas une.

Bon, oui j'ai écouté tout plein de documentaires sur Netflix et je me suis beaucoup renseignée. J'essaie de ne pas devenir folle avec tout cela mais en somme, les produits qui sont soit OGM, non biologiques, boostés ou shootés à tout plein de produits chimiques, je n'aime pas trop trop. On se demande après pourquoi il y a plein de maladies et que le monde va mal. 

Je sais que je suis entrain de faire une montée de lait alors je vais m'arrêter ici car j'en aurai tellement long à dire, ça n'a pas de sens. Je suis vraiment rendue sensibilisée et je crois que c'est pour le mieux. Je ne crois pas revenir en arrière un jour et je suis très bien avec cela. Je vais continuer à m'informer, à devenir de plus en plus ''folle'' avec cela et expliquer ma vision aux gens mais bon, encore là, beaucoup pensent que c'est une phase et que c'est pas nécessairement légitime comme information.

Donc, après tout ce beau bla bla de fille enragée haha :), je priorise les aliments biologiques ou sinon, cultivés sans produits chimiques. Puis voici un peu comment j'essaie de m'en sortir pour qu'il nous reste de l'argent pour vivre haha!
  • Comme on mange encore des oeufs, très rarement, j'achète des oeufs biologiques du Québec, de poules élevées en liberté ayant une vie trèèèèès joyeuse. Ces derniers me coûtent donc cher. Mais comme j'en utilise que très rarement, je prépare des oeufs de chia et ou des oeufs de graines de lin moulues dans la plupart de mes trucs. Alors que ma douzaine d'oeufs me coûtent 6.60$ une fois de temps en temps, le coût est réparti et je ne vois pas de différence. 
  • On mange de plus en plus de tofu et le tofu fait à partir de fèves de soya biologiques que je me procure en vrac pour 3,75$ pour un bloc. Avec un bloc, je fais entre une à trois recettes selon les recettes. Alors manger bio et végé, c'est faisable à petit prix :)
  • Comme on ne mange plus de viande et que cela coûtait cher, et bien le ''transfert'' du budget de la viande vers plus de fruits et légumes, en plus bios, se fait très bien. Oui au début ça peut faire ''peur'' de dépenser beaucoup pour des fruits et légumes mais au final, le budget reste sensiblement le même et ce, au profit de notre santé. On y va doucement, on achète pas trop pour ne pas perdre et gaspiller mais vraiment, suffit de faire le changement pour se rendre compte que c'est pas si dramatique que cela ;)
  • Vraiment, grâce au marché Lufa et de nouvelles épiceries d'aliments naturels dans mon coin, avoir accès à du bio et à prix raisonnable est tout à fait possible. 3 pieds de brocoli du Québec et bio pour 5$? J'adore. Des tomates qui goûtent le soleil en plein hiver, 3.50 à 5$ le casseau? J'adore. Un méga-concombre super goûteux à 3$? J'adore. Deux livres de pommes de terre bios qui viennent de Laval à 2$? J'adore. Deux livres de pommes ''pas très belles mais tout à fait mangeables'' bios pour 1.75$? J'adore. Bref, je pourrai continuer ainsi pendant longtemps mais à un certain point, les valeurs et l'envie de faire attention à soi entre en ligne de compte. Oui mes pommes de terre, mes oignons et mon ail me coûtent plus chers mais je sais que ça vient de près de chez moi, qu'ils sont cultivés sans méchants trucs chimiques et surtout, que c'est bon pour nous alors je suis prête à y mettre un peu du mien.

Alors voilà, sur toutes ces pensées qui trottinent dans ma tête depuis longtemps et qui sont maintenant ''mises sur papier'', merci de m'avoir lu :) Je peux comprendre que pour beaucoup, il y a beaucoup de choses plus importantes dans la vie et c'est tout à fait correct. Par contre, pour moi, ces points sont importants et j'espère que si je peux changer une petite chose dans les habitudes des gens grâce à cela, et bien tant mieux! Ce n'est pas un but mais si ça peut devenir un petit plus, je dis ouiiii! :) Si vous êtes arrivés à tout lire, je vous lève mon chapeau et me ferais un plaisir de continuer à mentionner tous ces points dans mes futurs articles, par-ci et par là :)

lundi 27 novembre 2017

Pitas grillés aux pois chiches et légumes

Il y a de ces moments que je ne sais pas de quel endroit me vient des idées mais je focuse beaucoup trop. Il y avait des nouveaux pitas disponibles sur Lufa et je souhaitais les essayer. Des pitas plus épais qui m'ont donné envie de faire des pitas grillés. J'ai réfléchi un peu beaucoup à quoi faire et j'en faisais mon but no matter what. J'ai pensé mélange de pois chiches, épinards, tomates, épices sans trop savoir où m'en aller.

C'est donc lors de la préparation que j'ai pensé à ce dit mélange, en ajoutant ce que j'avais dans le frigo et dans les armoires. Puis je suis agréablement surprise car ça a donné quelque chose de super savoureux et bien équilibré. Ça faisait différent de ce que je fais d'habitude car même si j'adore ce genre de cuisine, je n'en cuisine définitivement pas assez. Avec un peu tzatziki, ce fût un repas bourrant et vraiment délicieux :)


Sandwichs de pitas grillés aux pois chiches et légumes

Ingrédients
  • Huile d'olive
  • Un oignon, finement tranché
  • 1 1/2 tasses de pois chiches cuits  ou une conserve de pois chiches, rincée et égouttée
  • Deux carottes, râpées
  • Quatre tasses d'épinards frais, hachés
  • Deux oignons verts, en rondelles
  • Une petite tomate, en dés
  • 1 c. à thé de cumin moulu
  • 1/2 c. à thé de coriandre moulu
  • 1/4 c. à thé de poivre moulu
  • 1/8 c. à thé de sel
  • 1/4 c. à thé de sumac
  • 1/4 de tasse de tahini
  • Six pitas grecs (plus épais)

Préparation
  • Dans un grand poêlon, chauffer l'huile d'olive à feu moyen.
  • Y faire sauter l'oignon quelques minutes.
  • Ajouter les pois chiches et les écraser au pilon à pommes de terre afin qu'ils s'émiettent.
  • Bien mélanger et ajouter les carottes, les épinards, les oignons verts et la tomate.
  • Ajouter les épices et le tahini puis bien mélanger.
  • Fermer le feu et laisser le mélange refroidir.
  • Placer six pitas sur une surface de travail propre.
  • Y déposer le mélange de pois chiches.
  • Bien écraser pour que le tout colle bien lors de la cuisson.
  • Vaporiser d'huile d'olive afin de rendre les pitas croustillants.
  • Déposer sur une plaque à cuisson et cuire pour 15 minutes à 350F.